samedi 21 octobre 2017

Rien ne s'oppose à la nuit - Delphine de Vigan

Hello mes p’tits loups, je reviens aujourd’hui pour une nouvelle critique sur une lecture. Je vous présente Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan.

Titre : Rien ne s’oppose à la nuit
Auteur : Delphine de Vigan
Edition : Le Livre de Poche, COLL Littérature & Documents
Prix : 7,90 €
Sortie : 30/01/2013
Nombre de pages : 408 pages


Synopsis : « Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence.
D. de V.

Il fallait oser pour s’attaquer à un sujet déjà investi par les plus grands écrivains : le livre de ma mère. Et, pourtant, D. de Vigan a apporté sa touche originale, en plus de son talent à maîtriser un récit. [...] Ce roman intrigue, hypnotise, bouleverse. Il interroge aussi.
Mohammed Aïssaoui, Le Figaro littéraire.

Malédiction familiale en même temps que questionnement passionnant sur les rapports entre l’écriture et la vie, [un] livre éblouissant.
Olivia de Lamberterie, Elle. »

Mon avis
Je connais Delphine de Vigan depuis longtemps, à la lecture de No et moi, je l’avais lu en 3e je crois (2012) puis avec Les Heures Souterraines, découvert l’année dernière. Alors, j’ai craqué devant celui-là en vacances sur un coup de tête.

Dans ce récit, Delphine de Vigan raconte sa mère. Elle relate l’histoire de sa mère, ses origines, sa vie d’enfant, d’adolescente, de jeune mère et femme, jusqu’à la fin. À travers ça, c’est toute l’histoire de sa famille que l’autrice retrace. Elle raconte aussi ses grands-parents, ses oncles et tantes, la vie de famille à travers les années et les générations sur près de 60 décennies.

Ça me plaît vraiment de lire des histoires de famille sur plusieurs générations alors forcément j’ai franchement été happé par cette histoire familiale. On sent que les personnages sont réels, ont du vécu et sont authentiques. Lucile est vraiment une femme fascinante et vraie.

L’écriture de Delphine de Vigan est très légère, rempli d’émotions contradictoire entre amour, haine, retenu, joie, tristesse, déception envers sa mère et sa famille.

En général, ce livre est une vraie découverte pour moi et j’adore toujours autant la plume de l’autrice. J’ai hâte de lire D’après une histoire vraie.

Voilà pour mon avis ! L’avez-vous lu et aimé ? Si oui, pourquoi ? Dites-moi tout en commentaire.


Mathilde Littéraire

mercredi 18 octobre 2017

Attirance - Anne Greenwood Brown

Hello mes p’tits loups, je reviens aujourd’hui pour une nouvelle critique sur une lecture. Je vous présente le tome 2 d’Attirance d’Anne Greenwood Brown.

Titre : Attirance, L’écume des mensonges
Auteur : Anne Greenwood Brown
Edition : Milan, Collection MACADAM
Prix : 14,90 €
Sortie : 25/09/2013
Nombre de pages : 344 pages


Synopsis : « Cela fait 30 jours, deux heures et 17 minutes que Calder a laissé Lily sur les berges du Lac Supérieur. Et lorsqu'enfin Calder revient, leurs retrouvailles ne se passent pas tout à fait comme Lily les avait rêvées. Après avoir révélé à son père son terrible secret (comme Calder, il est un triton, un homme-sirène, issu des amours d'un humain et d'une sirène), ce dernier accapare Calder. Obsédé par sa nouvelle identité, le père de Lily demande à Calder de l'initier à sa nouvelle vie, et tous deux passent beaucoup de temps sous l'eau, délaissant Lily. Des cadavres sont un jour retrouvés aux abords du lac. Tout semble accuser les sœurs de Calder, des sirènes maléfiques, mais Lily craint que son père n'en soit l'auteur. Le tueur est finalement révélé. Jack Petit, un ami de Lily, est obsédé par les sirènes, et veut à tout prix révéler leur existence. Il a tué dans l'unique but de mettre en danger les sirènes, de les faire accuser. Lily ayant découvert son secret, il tente de la tuer à son tour, en la noyant. Mais une sœur de Calder la sauve, et Lily se transforme en sirène. »



Mon avis
J’ai lu ce livre en lecture commune avec Lady Caféine Books. Il s’agit du 2e tome de la saga Attirance, dont j’ai lu le tome 1 en décembre 2016 et dont voici la critique ICI.

J’avais eu un avis mitigé pour le 1e tome et je n’avais pas vraiment envie de lire ce 2e tome. C’est Lady Caféine Books qui m’a motivé de le lire pour la LC.

Et franchement, j’ai été déçu de ce 2e tome. L’histoire est racontée par Lily. Je ne comprenais pas vraiment vers où l’autrice voulait nous emmener, je n’avais pas l’impression d’avancer, il y avait peu d’actions, pas d’émotions.

Et je n’ai pas été la seule puisque Lady Caféine Books pense la même chose que moi. Il y a aussi un 3e tome qui n’a même pas été traduit en France.


Voilà pour mon avis ! L’avez-vous lu et aimé ? Si oui, pourquoi ? Dites-moi tout en commentaire.


Mathilde Littéraire

samedi 14 octobre 2017

L’Extraordinaire Voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA - Romain Puértolas

Hello mes p’tits loups, je reviens aujourd’hui pour une nouvelle critique sur une lecture. Je vous présente L’Extraordinaire Voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA de Romain Puértolas.

Titre : L’Extraordinaire Voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA
Auteur : Romain Puértolas
Edition : Le dilettante
Prix : 19 €
Sortie : 17/08/2013
Nombre de pages : 252 pages


Synopsis : « L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, c'est une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l'Europe et dans la Libye postkadhafiste, une histoire d'amour plus pétillante que le Coca-Cola, mais aussi le reflet d'une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle. Un roman dont le titre peut à lui seul provoquer des insuffisances respiratoires chez ceux qui tentent de le prononcer d'une seule traite ! « Le premier mot que prononça l'Indien Ajatashatru Lavash Patel en arrivant en France fut un mot suédois. Un comble ! Ikea. Voilà ce qu'il prononça à mi-voix. Cela dit, il referma la porte de la vieille Mercedes rouge et patienta, les mains posées sur ses genoux soyeux comme un enfant sage. »

Mon avis
Je pense que beaucoup connaisse ce livre. Personnellement, c’est grâce à une amie que j’ai voulu lire ce livre, elle a fait un superbe exposé en cours et c’est parti, j’ai voulu le lire !^^ Alors, je l’ai emprunté à ma mère et je l’ai lu quelques mois après cet exposé et quelques semaines après avoir lu Tout un été sans Facebook du même auteur.

Je savais que ce livre était très bien et qu’il nous embarquait dans un fol voyage qui ne nous laissait pas indifférent. Et franchement, c’est vrai !

On embarque avec Ajatashatru Lavash (sacré) Patel, un indien, à Paris pour visiter IKEA. Mais tout ne se passe pas comme il faut pour lui. Il s’enferme dans une armoire IKEA (vous découvrez pourquoi dans le livre) et part pour un voyage incroyable au gré de ses rencontres et des événements plus incroyable les uns des autres.

Romain Puértolas nous emmène vraiment dans un voyage extraordinaire, il ne nous ment pas avec ce titre ! Il a toujours une écriture à mourir de rire, très drôle et très belle.

Le personnage principal, Ajatashatru Lavash Patel est un personnage très hilarant et qui prend les choses comme elles viennent, sans se poser de question. Pendant son voyage, il a plusieurs déclics qui font qu’il va évoluer. Ajatashatru va rencontrer une foule de personnage au cours de son périple qui sont l’a pour l’aider ou pour lui mettre des bâtons dans les roues ou les deux. Mais toujours de façon très drôle et rocambolesque.

J’ai passé un trèès bon moment avec ces personnages dans cette histoire. Je vous le conseille vraiment !

Voilà pour mon avis ! L’avez-vous lu et aimé ? Si oui, pourquoi ? Dites-moi tout en commentaire.


Mathilde Littéraire

mercredi 11 octobre 2017

Ne Pleure pas ma belle - Mary Higgins Clark

Hello mes p’tits loups, je reviens aujourd’hui pour une nouvelle critique sur une lecture. Je vous présente Ne Pleure pas ma belle de Mary Higgins Clark.

Titre : Ne Pleure pas ma belle
Auteur : Mary Higgins Clark
Edition : Le Livre de Poche
Prix : 7,30 €
Sortie : novembre 1990
Nombre de pages : 287 pages
Synopsis : « La jeune et ravissante Elizabeth Lange est hantée par la mort tragique de sa sœur, une star de l'écran et de la scène, tombée de la terrasse de son appartement à New York dans des circonstances pour le moins mystérieuses. A-t-elle été assassinée par son amant, l'irrésistible magnat des affaires Ted Winters, lui-même en proie à des tourments secrets ? S'est-elle suicidée ? Mais pourquoi Leila aurait-elle voulu se supprimer alors qu'elle était heureuse et au sommet de sa gloire ? Quelqu'un d'autre l'aurait-il tuée - mais qui pourrait en vouloir à une jeune femme aimée et admirée ? Minée par le chagrin, Elizabeth est invitée par la baronne Minna Von Schreiber, sa plus vieille amie, à venir se reposer dans le luxueux institut de remise en forme de Cypress Point, en Californie. Mais au lieu d'y trouver le calme et la détente, elle va être confrontée non seulement à Ted, mais aux meilleurs amis de sa sœur qui ont tous un motif pour l'avoir tuée... Depuis La Nuit du renard, les livres de Mary Higgins Clark sont tous de haletants thrillers, tous des best-sellers et Ne pleure pas ma belle est un de ses plus réussis. »

Mon avis
Je connais Mary Higgins Clark de nom, mais je n’avais jamais eu l’occasion de lire un de ces livres jusqu’à ce que je tombe sur plusieurs de ses livres dans la boîte à livre de ma ville. Dans le lot, il y avait celui-ci Ne Pleure pas ma Belle, et le résumé m’a tout de suite touché.

C’est un petit livre qui se lit tellement facilement.

Elizabeth Lange se pose beaucoup de questions sur la mort de sa grande sœur, décédé 18 mois plus tôt dans des circonstances étranges, surtout que l’enquête est encore en cours pour décider à un suicide ou à un meurtre. Nous l’a suivons pendant quelques jours, en découvrant petit à petit leurs vies avant le décès de Leila, sa sœur et sa vie 18 mois après.

Je l’ai bien aimé, ma lecture a été fluide, d’autant plus que le livre est cours. On s’attend à la fin sans s’y attendre vraiment.

Voilà pour mon avis ! L’avez-vous lu et aimé ? Si oui, pourquoi ? Dites-moi tout en commentaire.


Mathilde Littéraire

samedi 7 octobre 2017

J'avais douze ans... Nathalie Schweighoffer

Hello mes p’tits loups, je reviens aujourd’hui pour une nouvelle critique sur une lecture. Je vous présente J’avais douze ans de Nathalie Schweighoffer.

Titre : J’avais douze ans
Auteur : Nathalie Schweighoffer
Edition : Pocket
Prix : 5,40 €
Sortie : 1990 / février 2002 chez Pocket
Nombre de pages : 248 pages
Synopsis : « Nathalie avait douze ans quand son père l'a violée pour la première fois. En ce temps-là, confie-t-elle, j'étais toute fière quand on me disait que j'étais déjà une petite femme. Je ne savais pas ce que ça voulait dire être une petite femme en miniature, une poupée que son père installait tranquillement dans la nuit sur la machine à laver pour la violer. Pendant cinq ans, la peur, la résignation, la culpabilité l’empêche de parler. Et puis, à dix-huit ans, avec un courage et une détermination admirables, elle décide de briser le silence : elle porte plainte contre son père et accepte de témoigner à la télévision. J'ai entamé une véritable croisade. J'avais envie de dire à toutes les filles comme moi de ne plus avoir cette honte. Nathalie crie sa douleur. À nous de faire silence pour écouter, et partager son combat. »

Mon avis
J’ai trouvé ce livre dans une des boites à livres à côté de chez moi. Le résumé m’a touché et je l’ai commencé le soir même.

Ce livre est le témoignage bouleversant et poignant de Nathalie. Elle a 19 ans lorsqu’elle écrit cette histoire. Elle est en pleine croisade contre son père. Pourquoi ? Elle nous l’explique avec ses mots et son vocabulaire sa vie de petite et jeune adolescente touché par l’inceste de son père. Pendant cinq ans, son père la viole et l’entraîne dans un cercle vicieux entre les viols quotidiens, le silence, la culpabilité, la peur, la résignation…

Nathalie Schweighoffer nous raconte son histoire, horriblement réaliste, poignant et touchant. On est plongé au cœur de son horreur. On l’a comprend et on se demande avec elle pourquoi son père agit comme ça, pourquoi il y arrive ça, pourquoi elle, pourquoi ça existe…

Ce livre m’a énormément touché tout le long à cause de tout ce qui arrive à Nathalie et par l’écriture très cru.
Franchement, lisez-le et n’ayez pas peur des thèmes de l’inceste et du viol. Il faut en parler, comprendre, faire attention.

Voilà pour mon avis ! L’avez-vous lu et aimé ? Si oui, pourquoi ? Dites-moi tout en commentaire.


Mathilde Littéraire